Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Des signes de l’Esprit dans le monde

Leonardo Boff
Cet article n'a pas été publié dans une de nos revues

Depuis quelque temps, s’est développée toute une théologie des «signes des temps» comme forme de perception d’un plan divin sur l’histoire humaine. Cette manière de faire est risquée car pour reconnaître les signes il faut d’abord connaître les temps. Et les temps aujourd’hui sont complexes, voire contradictoires. Ce qui est un signe de l’Esprit pour certains peut être un contre-signe pour d’autres.

Mais il y a des faits qui s’imposent à tous parce qu’ils sont évidents par eux-mêmes. 

Choisissons-en quelques-uns à cause de la densité de signification qu’ils contiennent.

Le premier est sans aucun doute le processus de planétarisation.  Plus qu’un fait économique et politique indéniable, il représente un phénomène historique et anthropologique : l’humanité se découvre comme une espèce qui habite la même et unique maison, la planète Terre, avec un destin commun. Elle anticipe ce qu’avait déjà dit Pierre Teilhard de Chardin en 1933 depuis son exil en Chine : nous nous trouvons dans l’antichambre d’une nouvelle phase de l'humanité : la phase de la noosphère, c’est-à-dire la convergence des esprits et des cœurs pour constituer une histoire unique avec l’histoire de la Terre. L’Esprit, qui est toujours d’unité, de réconciliation et de convergence dans la diversité.

Un autre signe important est constitué par les Forums sociaux mondiaux qui ont commencé à se tenir depuis 2000 à Porto Alegre (RS). Pour la première fois dans l’histoire moderne, comme en contrepoids aux réunions des riches dans la ville suisse de Davos, les pauvres du monde ont réussi à accumuler tant de force et de capacité d’organisation que cette réunion a fini par réunir des milliers et des milliers de personnes, et à présenter leurs expériences de résistance et de libération, et à nourrir un rêve collectif qu’un autre monde est possible et nécessaire. On y a vu les germes d’un nouveau paradigme de l’humanité, capable d’organiser différemment la production, la consommation, la conservation de la nature et l’implication de tous dans un projet collectif pour assurer un avenir à la vie.

Le printemps arabe est également en train de devenir un signe de l’Esprit dans le monde. Il a mis le feu à toute l’Afrique du Nord et s’est réalisé sous le signe de la poursuite de la liberté, du respect des droits de l’homme et de l’intégration des femmes, considérées comme égales dans les processus sociaux. Les dictatures ont été renversées, des démocraties sont essayées, le facteur religieux est de plus en plus mis en valeur dans l’ensemble de la société, mais en laissant de côté les aspects fondamentalistes. Ces faits historiques doivent être interprétés, mais au-delà d’une lecture laïque et socio-politique, comme une manifestation de l’Esprit de liberté et de créativité.

Qui pourrait nier que, dans une lecture biblique et théologique, la crise de 2008 qui a touché principalement le centre du pouvoir économique et financier dans le monde, là où se situent les grands consortiums économiques qui vivent de la spéculation au prix de la déstabilisation  des autres pays et du désespoir de leur population, est aussi un signe de l’Esprit Saint? C’est un signe d’avertissement que le mal a des limites et que peut s’abattre sur elles un jugement sévère de Dieu : son effondrement total.

En contrepartie à ce signe négatif, il y a le signe positif des mouvements de victimes qui se sont organisés en Europe, comme les « Indignés » en Espagne et en Angleterre et les « Occupations de Wall Street »  aux États-Unis. Tous deux révèlent une force de protestation et une recherche de nouvelles formes de démocratie et d’organisation de la production, dont la source ultime dans une lecture croyante n’est autre que l’Esprit.

Un autre signe de l’Esprit s’est manifesté dans la sensibilisation à l’environnement d’un nombre croissant de personnes à travers le monde. Les faits ne peuvent être niés : nous avons touché aux limites de la Terre, les écosystèmes sont de plus en plus épuisés, les énergies fossiles, moteur de tout notre processus industriel, ont leurs jours comptés, et le réchauffement climatique, qui ne cesse d’augmenter, pourrait menacer toute la biodiversité en quelques décennies.

Nous sommes les premiers responsables de ce chaos écologique. Il faut d’urgence un autre paradigme de civilisation qui soit dans la ligne des vues déjà expérimentées dans l’humanité : le « vivre bien » et le «bien vivre ensemble» (sumak kawsay) des peuples des Andes, l’«indice de bonheur brut» du Bhoutan, l’écosocialisme, l’économie biologique et solidaire, une économie verte bien comprise ou des projets dont l’objet central porte sur la vie, l’humanité et la Terre vivante.

Enfin, un grand signe de l’Esprit dans le monde est la montée du mouvement féministe et de l’écoféminisme. Non seulement les femmes ont dénoncé la domination séculaire des hommes sur les femmes (la question du genre), mais surtout toute la culture patriarcale. L’arrivée des femmes dans toutes les sphères de l’activité humaine, dans le monde du travail, dans les centres du savoir, dans le domaine de la politique et des arts, mais surtout leur réflexion sur toute la réalité à partir de la condition féminine, cela devrait être considéré comme une manifestation puissante de l’Esprit dans l’histoire.

La vie sur la planète est menacée. La femme est reliée naturellement à la vie, c’est elle qui met au monde et qui prend soin avec attention. Je crois que le vingt-et-unième siècle sera le siècle des femmes qui, avec les hommes, seront amenées de plus en plus à assumer des responsabilités collectives.  Merci à elles : les valeurs qui les distinguent comme l'attention, la coopération, la solidarité, la compassion et l’amour inconditionnel seront la base de la nouvelle civilisation planétaire.

31-05-2013

 

Leonardo Boff - Brésil)

Notes :

http://www.servicioskoinonia.org/boff/articulo.php?num=566

traduction : Pierre Collet


 



retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux