Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Sommes-nous sortis de la crise du modernisme ?

de Jacques Musset

Jean Landry
Publié dans HLM n°147 (3/2017)

Lu pour vous... [1]

C’était en 1956, j’avais alors 26 ans, et j’allais être ordonné prêtre au service de l’Église dans la Mission de France. Nous étions… tenez-vous bien !... trente-deux postulants ! Le supérieur du séminaire nous rassembla un jour et nous dit : « Voilà, il faut prêter serment si vous voulez être ordonnés… Levez la main droite et dites : je le jure ! ». Nous avions d’autres ambitions dans notre futur sacerdoce, si bien que ce geste de pure forme était loin de nous inquiéter… Nous avions déjà fait tant de concessions au gouvernement de l’Église pour réaliser notre vocation missionnaire (particulièrement après la condamnation des P.O. en 1954) qu’un geste de plus ou de moins ne nous fit pas problème. Et d’une même voix, confortés par le sourire en coin du supérieur qui était un homme de foi et de grande intelligence (Jean Morel, PSS) en qui nous avions toute confiance, tendant chacun la main droite, nous répétâmes la phrase fatidique sans plus nous inquiéter de ce à quoi elle nous faisait renoncer !

Oui, nous avions entendu parler de « la crise moderniste » du début du siècle… et si ceux qui nous enseignèrent pendant six ans étaient discrets sur le sujet, nous étions alors gagnés à ce que nous savions du Sillon, de Marc Sangnier, d’Emmanuel Mounier… Lequel d’entre nous n’avait pas un jour essayé de se renseigner sur Loisy et les raisons de son excommunication… On en parlait entre nous, à mots couverts… Qu’avait-il fait, ce paria, pour mériter pareille condamnation ? Nous avions lu des extraits de Maurice Blondel et fréquenté Jeunesse de l’Église de Montuclard. Mais les événements allaient si vite et l’actualité nous pressant, nous avions assez à faire face aux sollicitations du quotidien dans cet après-guerre si riche en tous domaines, au point qu’on l’appela les Trente Glorieuses. Nous étions aussi alimentés par les Congar, les Chenu, les de Lubac et autres Teilhard de Chardin…, c’était le redépart des P.O… La pastorale de terrain nous fit quelque peu déserter le champ des idées…

Si bien que le livre de Jacques Musset, ayant pour titre Sommes-nous sortis de la crise du modernisme ? vient à point pour d’une part, réveiller mes souvenirs, m’en dire plus sur ma propre histoire et sur cette période si mouvementée de l’histoire de l’Église et de la France, mais aussi m’éclairer sur la période actuelle y compris dans sa dimension politique. L’Église, dite peuple de Dieu, n’échappe pas aux clans, aux extrêmes, à ce que nous appelons la lutte des classes… Et dans l’Église comme dans la société civile et dans l’histoire des nations et des peuples, le passé explique le présent et aide à préparer l’avenir… Le concile Vatican II a ouvert des pistes, reste à « repenser le christianisme pour notre temps, actualiser l’Évangile, faire entrer notre Église catholique dans la modernité ». Le chantier est ouvert… Et si on semblait l’oublier, ce livre, riche en documents d’époque, vient utilement rappeler l’histoire, et appeler les nécessaires combats d’aujourd’hui pour la vérité du Message.

Une question pourrait se poser : a-t-on du temps à perdre dans un combat qu’on pourrait croire d’arrière-garde ?… si, en fait, n’étaient en jeu à travers cet aggiornamento, les bases de la foi d’aujourd’hui et l’authenticité du message dont nos vies voudraient témoigner. Je sais d’expérience, que nos compagnons de route, ceux qu’on appelle vite fait « les chrétiens de gauche », ont d’autres objectifs que l’évolution de leur Église, d’autres impératifs que les querelles de sacristie, et d’autres terrains de luttes que la petite famille des cathos. Mais à trop laisser la place aux autres, on finit par perdre et par se perdre… Et à quoi serviraient tous les efforts missionnaires si « l’Église visible » continuait à véhiculer à travers ses méthodes, ses paroles et ses ukases, tant de contresignes.     

Merci à Jacques Musset de nous solliciter…

Je ne me risquerai pas à vouloir résumer ce livre, mais j’y ai trouvé à la fois un condensé de l’histoire de l’Église en France et au-delà, au XXe siècle, une documentation utile, mais surtout des raisons de lutter encore aujourd’hui pour, enfin « sortir de la crise du modernisme » et rendre au message évangélique sa saveur pour notre temps !  

Voilà pourquoi je tiens à recommander ce livre récemment paru aux éditions Karthala et dont je n’ai pas vu beaucoup de recensions dans les chroniques littéraires…


Jean Landry - France)

Notes :
[1]  de Jacques Musset, Éditions Karthala, novembre 2016, 286 pages.   

retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux