Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Vendredi Saint : Jésus continue d'être crucifié avec les victimes d'aujourd'hui

Leonardo Boff
Cet article n'a pas été publié dans une de nos revues

  En cette période de coronavirus qui fait peur et fait de nombreuses morts dans le monde, la célébration du Vendredi Saint prend un sens particulier. Il y a quelqu'un qui a également souffert et, au milieu d'une douleur terrible, a été crucifié, Jésus de Nazareth. Nous savons qu'un mystérieux lien de solidarité s'établit entre tous ceux qui souffrent. Le Crucifié, bien que par la résurrection l'homme nouveau et le Christ cosmique aient été faits, continue, pour cette raison même, à souffrir et à être crucifié en solidarité avec tous les crucifiés de l'histoire. Il en sera ainsi aujourd'hui et jusqu'à la fin des temps.

Jésus n'est pas mort parce que nous devons tous mourir. Il a été assassiné à la suite d'un double processus judiciaire, l'un par l'autorité politique romaine et l'autre par l'autorité religieuse juive. Son meurtre judiciaire était dû à son message du Royaume de Dieu, qui impliquait une révolution absolue dans toutes les relations, à sa nouvelle image de Dieu, en tant que «Père» ( Abba ) plein de miséricorde, à la liberté qu'il prêchait et vivait devant les doctrines et traditions qui pesaient sur le dos des gens, leur amour inconditionnel, en particulier les pauvres et les malades qu'ils plaignaient et guérissaient et, enfin, pour se présenter comme le Fils de Dieu. Ces attitudes ont rompu avec le statu quo politico-religieux de l'époque. Ils ont décidé de le retirer.

Il n'est pas non plus mort simplement parce que Dieu le voulait, ce qui serait en contradiction avec l'image aimante de Dieu qu'il a annoncée. Ce que Dieu voulait, ce oui, c'était sa fidélité au message du Royaume et à Lui, même si cela impliquait la mort. La mort est le résultat de cette fidélité de Jésus à son Père et à sa cause, le Royaume, fidélité qui est l'une des plus grandes valeurs d'une personne.

Ceux qui l'ont crucifié n'ont pas pu définir le sens de cette condamnation. Le Crucifié lui-même a défini sa signification: l'expression d'un amour extrême et d'un dévouement sans réserve pour parvenir à la réconciliation et au pardon pour tous ceux qui l'ont crucifié et à la solidarité avec tous ceux qui ont été crucifiés dans l'histoire, en particulier ceux qui sont crucifiés innocemment. C'est la voie de la libération et du salut humain et divin.

Pour que cette mort soit vraiment la mort, comme la dernière solitude humaine, il a traversé la tentation la plus terrible que tout le monde puisse traverser: la tentation du désespoir. Cela est évident dans son cri sur la croix. L'affrontement n'est désormais pas avec les autorités qui l'ont condamné. C'est avec son Père.

Le Père avec lequel il a vécu une profonde intimité filiale, le Père qui avait annoncé comme miséricordieux et avec la bonté d'une Mère, le Père, dont le projet, le Royaume, avait proclamé et anticipé dans sa praxis libératrice, ce Père maintenant, dans l'instant suprême de la croix, semble l'avoir abandonné. Jésus traverse l'enfer de l'absence de Dieu.

Vers trois heures de l'après-midi, juste avant le résultat final, Jésus crie d'une voix forte: « Eloí, Eloí, lemá sabachtani: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Jésus est au bord du désespoir. Du vide le plus profond de son esprit, des questions terrifiantes surgissent qui constituent la tentation la plus terrible, pire que les trois de Satan dans le désert.

Ma fidélité au Père était-elle absurde? La lutte pour le Royaume, la grande cause de Dieu, n'a-t-elle aucun sens? Les dangers que j'ai courus, les persécutions que j'ai endurées, le processus dégradant du capital que j'ai subi et la crucifixion que je souffre, ont-ils été vains?

Jésus est nu, sans défense, totalement vide devant le Père silencieux. Ce silence révèle tout son mystère. Jésus n'a rien à quoi s'accrocher.

Selon des critères humains, il a complètement échoué. Sa certitude intérieure s'évanouit. Mais même si le sol disparaît sous ses pieds, il continue de faire confiance au Père. Puis il crie d'une voix forte: « Mon Dieu, mon Dieu! Au plus fort du désespoir, Jésus s'abandonne au Mystère vraiment sans nom. Il sera votre seul espoir et sécurité. Il n'a plus de soutien en lui-même, seulement en Dieu. L'espérance absolue de Jésus n'est compréhensible qu'en supposant son désespoir absolu.

La grandeur de Jésus était de supporter et de surmonter cette terrible tentation . Mais cette tentation lui procura un dépouillement total, une nudité et un vide absolus. Ce n'est qu'ainsi que la mort est vraiment complète, selon les mots du Credo, une «descente aux enfers» de l'existence, sans que personne ne puisse vous accompagner. Désormais, personne ne sera seul dans la mort. Il sera avec nous car il a vécu la solitude de cet "enfer" du Credo.

Les dernières paroles de Jésus témoignent de sa soumission, non pas résignée mais libre: "Père, je remets mon esprit entre tes mains" (Lc 23,46). "Tout est fini" (Jn 19h30) "Et avec un grand cri , Jésus expira" (Mc 15, 37).

Ce vide total est la condition préalable à la plénitude totale. Elle est venue pour sa résurrection. Ce n'est pas la réanimation d'un cadavre, comme celui de Lazare, mais l' irruption de l'homme nouveau ( novíssimus Adam : 2Cor 15,45), dont les virtualités latentes ont implosé et explosé en pleine réalisation et floraison.

Or le Crucifié est le Ressuscité, présent en toutes choses, le Christ cosmique des épîtres de Saint Paul et de Teilhard de Chardin. Mais sa résurrection n'est pas encore terminée. Alors que ses frères et sœurs restent crucifiés, la plénitude de la résurrection est en cours et a encore un avenir. Comme l'enseigne saint Paul, "il est le premier de nombreux frères et sœurs" (Rom 8,29; 2Cor 15,20). Pour cette raison, avec sa présence du Ressuscité, il accompagne le Chemin de Croix des peines de ses frères et sœurs humiliés et offensés.

Il est crucifié parmi les millions de personnes qui meurent de faim chaque jour dans les favelas, où elles sont soumises à des conditions de vie et de travail inhumaines. Crucifié chez ceux qui, en réanimation, se battent, sans air, contre le coronavirus. Crucifié dans les marginalisés des champs et des villes, dans ceux discriminés pour être noirs, indigènes, Quilombola, pauvres et d'une autre option sexuelle.

Il continue d'être crucifié chez ceux qui sont persécutés par la soif de justice, chez ceux qui risquent leur vie pour défendre la dignité humaine, en particulier celle de l'invisible. Crucifié en tous ceux qui luttent, sans succès immédiat, contre les systèmes qui tirent le sang des ouvriers, dilapident la nature et provoquent de profondes blessures dans le corps de la Terre Mère. Il n'y a pas assez de stations sur ce chemin douloureux pour décrire toutes les façons dont le Crucifié / Ressuscité continue d'être persécuté, emprisonné, torturé et condamné.

Mais aucun d'eux n'est seul. Jésus marche, souffre et se lève dans tous ces compagnons de tribulation et d'espérance. Chaque victoire de la justice, de la solidarité et de l'amour sont des biens du Royaume qui se déroule déjà dans l'histoire, Royaume, dont ils seront les premiers héritiers.


Leonardo Boff - Br?sil)

Notes :
10 avril 2020Source : http://www.servicioskoinonia.org/boff/articulo.php?num=978


retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux