Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Éditorial CEM (décembre 2020)

Des Communautés restent en contact en esprit et en vérité

Gisèle Vandercammen
Publié dans CEM n°129 (12/2020)


Un 25 décembre chacun chez soi, corps à bonne distance, visages masqués, conscients ou non, comme tous les humains de la terre, cette fois, nous sommes fragilisés par un petit truc qui envahit nos vies. Il nous faut garder l’équilibre, exprimer nos liens, puiser au plus profond de notre puits ! 

Nous acceptons les règles, mais nous saute aux yeux que nous sommes tous victimes d’une mauvaise organisation néolibérale qui soumet la santé, l’éducation à un rendement économique. S’en souvenir lors de prochaines élections ! Et déjà poser les bonnes questions.

Choisissons d’abord comme mise en train une lecture qui a m’accrochée et, je l’avoue, m’a invitée à quelques petites attentions : Benoît Hissette[1], de la Communauté de l’Escaut et ancien de la Poudrière, nous offre une trentaine de portraits dans Les carnets d’un guichetier De la 4e de couverture : « À travers le récit savoureux de trente rencontres, l’auteur nous fait toucher du doigt toute l’humanité qui se dégage des échanges qu'il a avec les clients de son bureau de poste… Qu’il s’agisse de M. Jamme, visiteur quotidien du bureau, de l’éternel sourire de Mme Zimmer ou de la voix chaude de sa collègue, il croque ces moments d’éternité et nous les partage. Une invitation à regarder différemment le quotidien. »

Chemins vers la paix au Béguinage

Nous étions à peu près une septantaine de personnes présentes pour cette réunion du samedi 3 octobre dans l’église du Béguinage – juste pendant la courte période déconfinée.

Pour rappel, l’accueil du Béguinage est désormais confié aux Communautés de base néerlandophones et francophones ; des expositions y sont organisées ainsi que des rencontres selon l’objectif H.O.C (House of compassion, traduisons Maison de solidarité). Normalement ces temps de midi devraient se passer autour de la grande table, d’un repas qui fait penser à un autre grand et dernier repas de Jésus : impossible en ce moment. Chaque mois nous aborderons un thème selon les préoccupations mondiales, surtout celles des plus pauvres, des exclus…

Pax Christi Vlaanderen[2] était à la manœuvre, de l’intériorisation à l’action, à l’engagement immédiat et à la réflexion syndicale, en passant par le chant venu d’ailleurs. Je retiens deux témoignages :

- Mohamed El Bachiri, auteur d’Un jihad de l’amour, dont l’épouse Loubna fut tuée dans l’attentat du métro à Maelbeek, a permis un très bon moment d’intériorisation, « Par l’humanisme, comme par la spiritualité, la croyance, peu importe laquelle, on peut diffuser un message de paix et de tolérance dans le but de vivre ensemble et de s’apprécier dans nos différences. »

- Une dame marocaine et une belge expliquent la cuisine solidaire du vendredi : un petit groupe de jeunes femmes marocaines est accueilli dans les locaux de la paroisse Sainte-Suzanne pour y préparer une centaine de colis-repas pour les réfugiés de la gare du Nord qui iront ensuite au Parc Maximilien. Le nombre montera jusqu’à six cent !

- Il y eut aussi une réflexion plus politico-sociale par la prise de parole de Luc Kortebeeck.

Un guitariste du groupe Globe Aroma chantait entre les interventions, prenant soin de nous donner une petite traduction en français. Dans notre public bien belge, c’était une ouverture sur le monde.

Nouvelles de quelques communautés confinées

Je suis aux aguets et partage les nouvelles ; j’en garde trace pour cette période où nous avons bien besoin de liens.

A la Communauté des familles 

La communauté nous propose une célébration originale, devant nos écrans : c’était pour le 14 novembre 2020. A découvrir sur notre site.[3]

De Quaregnon 

Depuis sa maison de repos, André Michel adresse de petits messages aux membres de la Communauté qui sont branchés et à sa grande famille. C’est le cœur serré que j’ai pu voir comment il lui fallait subir les modifications de visites prévues, brusques, sans explication. Et aussi, comment le moindre rendez-vous médical devient un parcours de combattant : et tout cela, sans se plaindre. Les réponses sont brèves, humoristiques, encourageantes !

A la Communauté du Béguinage

Jean-Claude, laïque et responsable reconnu par la Communauté du Béguinage à Bruxelles, envoie chaque vendredi les textes des célébrations, invitant chacun à y joindre ses réflexions.

Voici, de la part d’un autre membre, un commentaire sur la parabole des talents. Cet évangile bouscule, pourquoi ? Avoir le ‘gros cou’, la prétention – le ‘dikke nek’, ‘stoeffer’ – c’est mal vu ! Nous aimons cependant que les autres reconnaissent nos qualités, mais en parler nous-même, c’est contraire à notre éducation. Et pourtant, pourquoi ne pas être fiers de notre contribution au bonheur autour de nous : n’est-ce pas déjà l’éternité ? Ainsi, voyons dans la parabole :

+  les talents, une somme énorme, le maître les donne à ses serviteurs. – Peut-être pourrions comparer cela au cadeau de la vie reçue de nos parents ?

+  malgré la différence entre les deux premiers serviteurs, voyant ce qu’ils ont réussi, le maître leur dit : « C’est magnifique ce que tu as fait, entre dans la joie de ton maître ».

+  le troisième, miroir pour valoriser les deux premiers, a son défaut : il n’ose pas !

+  j’imagine un quatrième qui aurait reçu deux talents, aurait essayé de les valoriser mais les aurait perdus ; et j’entends le maître : C’est magnifique, tu as essayé, cela arrive de ne pas réussir, entre dans la joie de ton maître ! 

En animation en famille, mettre l’enfant en valeur. A l’école, au mouvement de jeunesse, qu’est-ce que tes amies, tes amis aiment en toi ? Et ta maman, et ton papa ? et tes frères et sœurs ? Compléter par le point de vue de la maman et du papa, du frère ou de la sœur. Ce sont là tes talents, continue à les faire fructifier !

Terminer ce moment d’échange par le partage d’une tranche de pain, de gâteau, en nous disant que Jésus, présent, nous aurait invités à construire avec lui un monde plus juste, plus heureux. En couple, ou même seul(e) à la maison, pourquoi ne pas faire de même ? Quel est mon apport, même imparfait ? Mes essais ? Et terminer aussi par un moment de communion avec Jésus. Car il est présent.

Pour le texte de Sagesse 6, 12-16 au sujet de la femme/sagesse.

« Bof, quelle femme ? Une potiche, une "femme de ménage", une soumise. »  Mais dans un texte raccourci ! Et là, dans la TOB, une femme à caractère qui, en plus de s’occuper de la popote du ménage, est cheffe d’entreprise ! Du féminisme avant l’heure, à une époque où, selon la loi de Moïse, le mari pouvait valider ou annuler les engagements de sa femme. Chez nous, jusqu’en 1976, de même, comme pour une ouverture de compte bancaire. Apparaît enfin la parité, encore que le combat est de longue haleine... puisqu’à travail égal, la femme reste moins payée.

Autre intervention : « … je me souviens d’une animation lors de retraites de jeunes. Chacun passait sur la sellette : Jean, on t’aime bien parce que… Par contre, il y a des trucs qu’on n’aime pas trop, c’est quand… Des gars habituellement humiliés par leurs copains s’étaient tout à coup relevés, entendant qu’on les aimait et qu’on leur reconnaissait des qualités. A essayer ! »

 

Gisèle Vandercammen (Communaut?s de base)

Notes :
[1]  Benoît Hissette, Carnets d’un guichetier ou l’étonnant ordinaire, Illustrations de Xavier Carion, Ed. Fidélité 2020, 128 p., 13 €.

[2]  https://www.paxchristi.be/sites/default/files/hoc_flyera5_102020_v1.pdf  

[3]  https://sites.google.com/site/ccbwabru/celebrations




retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux