Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Des « Notre Père » pour aujourd’hui…

Michel Jehaes
Publié dans CEM n°129 (12/2020)

Dans notre communauté CÉMO, nous collationnons les textes élaborés ou simplement découverts par les participants.

Je vous partage quelques versions du « Notre Père » revisité à la suite du très beau commentaire que nous avait offert Henri Weber il y a quelques années.

 

Abba, notre Père

 

Dans les évangiles, il y a deux versions de la prière de Jésus, celle de Matthieu (6, 9-13), choisie par l’Eglise pour la prière des chrétiens, et celle de Luc, plus courte. C’est un fait, Jésus prie régulièrement et il lui arrive de donner des conseils pour prier, comme la simplicité et la discrétion (Mt 6, 6-7). Ici, il donne en exemple sa propre prière. La formulation araméenne en est assez abrupte et, pour en saisir le sens, il vaut mieux prendre quelques libertés.

« Père », en araméen « Abba », c’est-à-dire une appellation toute de tendresse : Papa ! Cette manière si familière et confiante de s’adresser à Dieu est, je pense, unique dans les religions.

« Que ton nom soit sanctifié ». Pourrait revenir à : donne-nous de te reconnaître comme le seul Dieu, l’Unique. Et donne-nous donc de rejeter de nos vies les faux dieux ou idoles que sont le moi d’abord, la soif d’argent, la soif de pouvoir. Le pouvoir religieux étant le plus pervers.

« Que ton Règne vienne ». Pourrait revenir à : donne-nous de manifester ta présence discrète dans ce monde-ci, par des actes simples de paix, droit, justice, bonté, compassion.

Ces deux demandes visent le projet de Dieu sur les êtres humains : que loin de devenir esclaves des faux dieux, ils participent à la croissance de son Royaume sur terre. Et cela aux trois niveaux de la vie : personnel, politique et, pour les chrétiens, aussi au niveau de l’Eglise.

« Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour ». Pourrait revenir à : donne-nous de participer à ce que chaque être humain ait une vie décente. Pourrions-nous honnêtement en effet demander d’avoir du pain chaque jour sans nous engager à le partager ?

« Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous ». On pourrait comprendre que Dieu nous pardonnera dans la mesure où nous aurons pardonné. Ce qui apparaît parfois dans les évangiles. Mais la grande parabole de Jésus sur le pardon dit le contraire. Le « roi » ne dit-il pas à son serviteur qui a refusé de pardonner à son frère : « Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir compassion de ton compagnon, comme moi-même j’ai eu compassion de toi » (Mat 18, 33) ? De même, la petite parabole adressée au pharisien qui l’avait invité (Lc 7, 41-43). Bref, par ces mots, nous demandons à Dieu d’entrer dans sa dynamique du pardon.

« Et ne nous laisse pas entrer en tentation » signifie « Garde-nous de la tentation », comme le chantent les moines de Taizé.

Demander, c’est appeler à l’aide et donc se reconnaître pauvre. Car il ne sera jamais évident de vaincre ces énormes tentations que sont le moi d’abord, la soif de richesses et de pouvoir, ni de pardonner. Rappelons-nous Gethsémani (Mc 14, 32-42), ce si long combat de Jésus (agonie vient du grec « combat » !) pour surmonter sa grande tentation à ce moment : ne plus penser qu’à lui et « sauver » sa vie en quittant Jérusalem. Ne fait-il pas nuit ? Mais alors, sans lutter, il abandonnerait les « petits », les pauvres, les « pécheurs » … aux mains du pouvoir religieux.

Au fond, dans sa prière, Jésus reprend les grands enjeux de l’humanité, aux plans de la vie personnelle, politique, ecclésiale, pour qu’elle arrive à Vivre, à vivre ensemble, dans un climat de tendresse où l’on pressentira la présence discrète de Dieu, de son Royaume.

Vient alors la petite parabole de l’homme qui, malgré la difficulté de se lever en pleine nuit – toute la famille dormait ensemble dans l’unique pièce de la maison – répond quand même à l’attente de son ami. C’est une tradition biblique, et aussi de Jésus, d’évoquer Dieu à partir de ce qu’il y a de meilleur en l’être humain, fût-il « mauvais ».  Dans les derniers versets, Jésus souligne la bonté du Père. Car celui qui exauce la demande, qui donne de trouver, qui ouvre la porte, n’est-il pas notre Père du ciel ?  Car le Père répond à nos prières. Et il le fait d’abord par le don de son Esprit, cet Esprit qui nous rendra capables de prendre notre modeste part à la réalisation de nos demandes.

Henri WEBER

Source : https://www.henriweber.be/index.php/homelies/annee-c-luc/191-17eme-dimanche-ordinaire  





Visage sans visage, notre domicile,           

Que brûle ton noyau de joie,

Que gagne ton royaume de bonté,

Que prenne chair ton verbe de douceur dans tout le réel.

Tiens-nous table ouverte partout à tout instant

Accueille-nous en tes bras de tendresse

  – nous essayons de faire de même pour nos frères –

Sois notre intime allié dans le combat contre le noir pour la lumière.

Oui, oui.

Transposition poétique (inspirée du poète Guillevic)

Frère Bernard-Joseph, moine d’Orval

***

« PÈRE de toute l’humanité,

Je crois que tu es proche de chacun de nous.

Que soit reconnu qui tu es,

Que vienne ton règne d’Amour,

Que nous soyons en éveil pour discerner les signes de ta présence,

Que ton amour nous nourrisse,

Que nous pardonnions comme tu pardonnes,

Que nous ne soyons pas submergés par l’épreuve,

Que jamais nous ne soyons éloignés de toi. Amen. »

Elaboré après deux rencontres de la Communauté sur ce thème.

***

Notre Père, toi qui es aussi Mère, énergie, vie,

qui inonde notre planète-terre,

Toi qui es amour présent au cœur de chaque homme.

Puissions-nous respecter arbres, forêts, mer, air et tous les êtres vivants

qui rendent ce monde magnifique.

Que ta volonté d’Amour devienne réalité sans guerre ni violence,

dans le respect de tous, en justice, solidarité et amour.

Que nous soyons ardents à ce que chacun dispose au quotidien

de l’alimentation nécessaire à être pleinement homme.

Que nous soyons prompts au changement comme au pardon.

Aide-nous à faire face aux tentations du seul souci de nous-mêmes

et du pouvoir sur les autres.

Délivre-nous de faire tort à nos frères par nos paroles et par nos actes.

Cité par un membre de notre communauté



Michel Jehaes (Communaut?s de base)

Notes :

membre du Groupe porteur de la Communauté CÉMO de Heigne-en-Chapois



retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux