Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Le C.I.L. fête ses 50 ans !

Chrétiens dans une société sécularisée

Édith Kuropatwa
Cet article n'a pas été publié dans une de nos revues

Le Centre Interdiocésain des Laïcs est une instance de réflexion, de concertation et de prise de parole de laïcs engagés dans l’Église ou dans la société.

« Concertation » : le C.I.L. est l’unique lieu de rencontre de l’ensemble des laïcs, par delà la diversité de leurs engagements : paroisses, mouvements caritatifs et d’action sociale, groupes de spiritualité, mouvements réformateurs… Il est leur seul lieu « généraliste » de débat et d’expression et il est, à ce titre, un interlocuteur naturel pour les milieux ecclésiaux et civils. La représentativité du C.I.L. est dans l’engagement de ses membres et des instances ou organisations qui les délèguent. Le C.I.L. est donc un lieu de dialogue et de débat : en son sein d’abord, entre les diverses sensibilités qui le composent, et ensuite avec les évêques, avec d’autres confessions et courants philosophiques et avec diverses composantes de la société civile. Il compte un évêque – délégué (actuellement le Père Jousten de Liège), un conseiller théologique, des délégués des ordres religieux et des observateurs des autres Églises chrétiennes.

Son inspiration provient de deux documents centraux du Concile Vatican II : Lumen Gentium (sur l’Église) et Gaudium et Spes (sur l’Église dans le monde de ce temps).

Dans la ligne classique d’une séquence ‘ voir – juger – agir ’ , le C.I.L. écoute l’Église et le monde, à l’intervention des organisations et engagements représentés en son sein et par l’apport de témoins ; il veut notamment saisir la « voix des sans - voix », aux marges de l’Église et de la société ; il identifie les enjeux à affronter : c’est le « VOIR ».

Le C.I.L. analyse les situations et les enjeux avec l’aide de spécialistes, il interprète éthiquement ou politiquement ce qu’il voit et il discerne l’attitude chrétienne à avoir ou à promouvoir : c’est le « JUGER ».

Le C.I.L. diffuse ses analyses et ses évaluations et intervient dans le débat ecclésial ou socio-politique, seul ou avec d’autres- y compris d’autres religions ou d’autres convictions – pour influencer les comportements et les politiques : c’est l’ « AGIR ».

Des commissions spécialisées instruisent des dossiers et préparent les délibérations du Conseil :

1) une commission des « Pratiques d’Église » étudie :

- l’instauration de pratiques démocratiques dans l’Église ;

- la place des femmes dans l’Église, le fonctionnement de paroisses et communautés, face à la pénurie de prêtres ;

2) une commission « Fois et convictions » examine, en collaboration avec d’autres,

- les réseaux inter-confessionnels ;

- l’avenir du pluralisme et de l’État laïque, en Belgique et en Europe.

En fonction de l’actualité ou de projets particuliers, des groupes de travail assurent à la fois le contenu et l’organisation de colloques ou de manifestations.

Précisément, le 28 novembre 1998, le C.I.L. avait organisé un colloque à Louvain-la-Neuve sur le thème : « Quelle Église pour demain ? ». Je m’y étais inscrite, attirée par le programme. Christian Laporte parlait de « Rêver d’une Église plus audacieuse » et Philippe Bacq de « Vers une nouvelle figure d’Église au seuil de l’an 2000 ».

Je me dirigeai l’après-midi vers l’atelier n°4 : « Les Femmes et l’Église » où je bénéficiai de la réflexion humaine et théologique de Moïra Mc Dowell.

Je quittai ce colloque, enchantée de ce que j’y avais entendu et des rencontres passionnantes dont j’avais bénéficié. A l’assemblée suivante des délégués de «Pavés » à Namur, je leur fis part de mon enthousiasme et il fut donc décidé que je postulerais de devenir membre active et représentante de « Pavés » auprès du C.I.L. Les évêques furent moins enthousiastes et refusèrent de m’y déléguer, au prétexte que « Pavés » était un groupe provisoire, né à la suite de l’affaire Gaillot, et sans avenir durable ! Heureusement, le C.I.L. utilisa la possibilité statutaire de me coopter et depuis environ 6 ou 7 ans, je participe activement avec des ami/e/s des communautés de base, aux assemblées, aux commissions et j’ai même été élue, il y a quelques mois, au Comité. Personne ne pratique la langue de bois et les échanges sont toujours passionnants.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter le site web du C.I.L.

Vous pouvez aussi participer au prochain colloque qui aura lieu à Louvain-la-Neuve, le samedi 9 décembre (inscription obligatoire). Nous serons tous et toutes ravi/e/s de vous y rencontrer.

Édith Kuropatwa (Réseau Résistances)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux