Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Indignation

Sans titre de séjour

Jean-Marie Boudart
Cet article n'a pas été publié dans une de nos revues

 
Avec eux, depuis des années. Dans la région du Centre, ils ont occupé l'église de La Louvière de mars 2006 à septembre 2007. Ils sont huit au Foyer paroissial de Morlanwelz. A Bruxelles, de nombreux Sans Papiers occupent d'autres églises et lieux publics.

Le mouvement des Sans Papiers continue son combat juste et légitime pour leur régularisation sur le territoire belge. Il y a un an, ils ont demandé le gel des arrestations et expulsions jusqu'à la régularisation. Des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes sont dépourvus d'existence légale alors qu'ils partagent la vie sociale et citoyenne au quotidien.

Des associations, des syndicats, l'UDEP (L'Union des Sans Papiers) interpellent les politiciens. Des manifestations, des pétitions, des appels, des occupations de lieux divers, des églises et d'autres lieux d'accueils et ensuite les gestes extrêmes des grèves de la faim et de la soif et maintenant l'arme ultime, regrettable, de monter sur les grues des entreprises pour crier de plus haut et plus fortement leur révolte. Des années d'attente. Ils sont découragés. Rien. Ils crient leur désespoir noué. Rien.

Madame la Ministre Turtelboom n'a rien fait. Sa politique dite administrative, est répressive à l'opposé de l'Etat de Droit. Chez elle, il n'y a aucune cohérence avec un sens humain élémentaire : le moratoire n'a jamais abouti. Elle est la responsable politique en cette matière. Quelle honte, Madame. Savez-vous ce qu'est un Etre humain ? J'accueille des Sans Papiers dont un réside chez moi depuis deux ans. Il me déclarait récemment : "Ne dis pas à tes amies et amis et à tes communautés que je n'ai rien. Dis-leur que je suis rien... ! En 2008, dans un pays qui se déclare démocratique, n'être rien, sans aucun droit, aucun, et depuis des années ! Les Sans Papiers sont les victimes d'une violence inacceptable : l'égoïsme borné et insatisfait du nationalisme moderne.

Les politiciens et politiciennes sont en vacances. Ils se reposent. Ils ne connaissent pas la souffrance humaine et ne partagent d'aucune façon le cauchemar qui submerge les Sans Titre de séjour. L'absurdité est, à en croire la situation actuelle, l'étoffe même de la pratique politicienne.

La majorité des politiciens et politiciennes belges, embourbée dans les querelles institutionnelles stupides, oublie le peuple. La douleur humaine - celle-là même qu'ils ont fait croître de leur refus - ne les préoccupe pas. Ils ont peur de perdre leur pouvoir.

La Droite flamande, avec les partis qui soutiennent les riches, bloque une régularisation qui serait positive pour tous. Ils disent leur crainte des nationalistes et extrémistes flamands dont ils sont imprégnés, précipitant ainsi le long processus du changement : un système politique inhumain. Il y a toujours un potentiel de barbarie là où il y a des responsables politiques qui empêchent obstinément aux étrangers d'être reconnus. Il y a même des partis - d'inspiration chrétienne d'autrefois -, qui partagent outrageusement leur idéologie irraisonnée, sans mélange ! Il est clair que les financiers et leurs pouvoirs, plus au Nord qu'au Sud du pays, manipulent bien le peuple. N'est-ce pas inquiétant de saisir par ces conditionnements et les préjugés qu'ils suscitent d'entendre les réactions négatives d'un public majoritaire ? Lors de l'émission de La Première à la RTB, ce mardi 29 juillet dans « questions publiques », personne n'a exprimé la défense des Sans Papiers et ne s'est déclaré solidaire de leurs combats. Au contraire, certains reprochaient aux médias de trop les soutenir. Pragmatisme et égoïsme sont imbriqués. Et cela ne semble pas toucher une petite part de leur âme ?

Il y a chez beaucoup d'hommes et de femmes politiques une distorsion entre leurs belles déclarations de Démocratie, de Droits Humains, de Dignité et leur pratique. S'ils commençaient à défaire le mal qui vient de l'intérieur d'eux-mêmes, ce serait plus décent. Le gouvernement sape les restes d'espoir qu'il y aura une vraie régularisation qui favoriserait l'entente par le mélange des cultures et un apport économique sûr dans les secteurs d'une pénurie qui inquiète certains économistes.

Quant à la présidence européenne - inquiétante pour tous -, elle soutient une position répressive. Ces hommes et femmes politiques contestent certains murs mais édifient des remparts pour se protéger.

J'ose exprimer ceci aux femmes et hommes politiques de mon pays.

Peut-être qu'adviendra ce jour où leurs enfants et petits enfants prendront conscience de cette terrible imposture. Ils dénonceront la démission et l'hypocrisie de leurs parents, les politiciens d'aujourd'hui. Et ceux-ci, prenant conscience de leur manque de courage d'avoir blessé tant de gens venus de la misère par leur refus obstiné de les reconnaître comme citoyens, seront des Etres brisés !

Hommes et Femmes qui êtes au pouvoir, accueillez ce message comme un cri car votre négligence sème la révolte.

Angélisme ? Si vous souriez, c'est bien le sourire grimaçant des irresponsables ?

Ayez plutôt un regard lucide, une écoute attentive et prenez mieux connaissance du prix inhumain que paie la population des Sans Titre de Séjour et de l'ampleur des souffrances de n'être rien !

Il y a un espoir : celui de compter sur votre sagesse et votre capacité d'humanité pour mettre fin à cette terrible situation.

Jean-Marie Boudart

Aumônier social. La Louvière.

31 juillet 2008


Jean-Marie Boudart (Communautés de base)


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux