Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

‘Tu ne pouvais pas être qui tu étais’ À Dieu à Jean-Pierre François

Alain Fohal
Publié dans CEM n°134 (3/2022)


Nuit de la Saint-Sylvestre. Soudain, à 2h30 du matin, un message terrible ! « Notre Communauté (du Christ Libérateur) est en deuil. L’homme trouvé égorgé la nuit du jeudi 30 sur l’île Monsin à Liège, c’est Jean-Pierre François ».

Jean-Pierre, comme le disait Vincent lors de tes funérailles, jamais nous n’aurions imaginé que nous allions devoir te dire au revoir si tôt et dans de telles circonstances.

Cela faisait presque 15 ans que tu avais rejoint notre communauté, particulièrement son antenne de Liège, où tu t’étais investi avec cœur et en y apportant ta sensibilité germanophone. Animateur de réunions, administrateur de l’association, participant à la préparation des célébrations, mais aussi ayant plaisir à faire découvrir ta belle région de l’est de la province de Liège. Tu avais aussi rejoint notre groupe de préparation de la célébration œcuménique pour la Pride.

Professeur de religion à la retraite, père et grand-père aimant, tu étais une personne humble, simple et discrète. Homme bon, tu n’essayais pas de t’imposer, mais tu voulais servir. Ton souci des autres et ta sensibilité à l’égard des exclus, des migrants, des personnes en marge de la société, se traduisaient dans tes nombreux engagements associatifs et solidaires. Sans compter ton âme d’artiste qui nous offrait de belles bougies fabriquées de ta main.

Mais ton homosexualité te tourmentait. Il t’a fallu un long cheminement personnel et spirituel pour passer d’une image d’un Dieu de rejet et de condamnation à celle d’un Dieu d’amour inconditionnel.

Dans un émouvant témoignage en 2020, tu nous avais confié le poids de vivre « dans le placard ». Dans ta région, dans ta profession, il n’aurait pas été de bon ton qu’on te sût gay. Tu avais bien fait ton coming out à ton épouse et tes enfants, mais cela restait douloureux. Alors pas question d’aller plus loin. Par peur des réactions ou de perdre ton emploi, car l’école catholique où tu enseignais aurait, croyais-tu, mal accepté qu’un professeur officiellement gay continue à donner des cours de religion. Alors oui, tous les jours tu cherchais comment vivre simplement en tant qu’homo sans devoir le dire, vivre comme les hétéros qui n’ont pas à dire leur orientation sexuelle. Tu étais fatigué de ne pouvoir être toi- même.

Et puis, et je reprends ici les mots de colère de notre amie Françoise, on apprend que tu es mort, égorgé, une nuit. Parce qu’on a beau faire semblant qu’à notre époque et ici, les gays n’ont pas à se plaindre, il y a de l’homophobie assez dans ce monde pour qu’un couteau sorte et qu’on t’égorge parce que tu es pédé.

La publicité faite dans des médias autour de ta mort a sans doute provoqué chez certains des réactions et commentaires inappropriés. Rappelons simplement les paroles de notre pape François : « Qui suis-je pour juger ? ».

Quoique différent, ton tourment rappelle celui de Bruno qui nous a volontairement quittés à l’été 2020. Combien de temps encore, l’Église catholique et certaines personnes qui s’en réclament continueront-elles à tenir des paroles dénigrantes, bien loin du message libérateur des Évangiles ?  Certes, l’Église en Belgique montre des signes positifs d’accueil (voir notamment la brochure : « Accueillir, accompagner dans la prière le projet de vie partagé par des personnes homosexuelles » produite par l’évêché de Liège). Mais, si c’est un pas en avant, le chemin est encore terriblement long ! Nombreuses seront encore les personnes victimes, directement ou indirectement, de cette fausse image d’un Dieu de condamnation ou, dans notre société, de toutes ces petites complicités quotidiennes avec l’homophobie.

Jean-Pierre, tu as maintenant rejoint notre Père. Il t’a créé gay, il t’a accompagné malgré tes doutes et il te reconnaît aujourd’hui pleinement dans toute ton histoire. Il t’aime, comme tu étais, comme tu es, à tout jamais.  Repose maintenant en paix, cette paix intérieure qui te paraissait difficile à trouver ici-bas.



 

Alain Fohal (Communautés de Base)

Notes :

Le numéro spécial de « La lettre » de la Communauté du Christ Libérateur, réalisé en hommage à Jean-Pierre est disponible en ligne :  

https://ccl-be.net/lettres/lettre151.pdf 




retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux