Publications

Rechercher les articles
par mot du titre ou mot-clé :

présentés par :

année et n° (si revue):

auteur :

Lettre à nos représentants belges au Synode


Publié dans Bulletin PAVÉS n°78 (3/2024)

Messieurs les représentants de la Belgique au Synode sur la Synodalité

Monsieur le cardinal Jozef De Kesel, Monseigneur Koen Vanhoutte, Monsieur Geert De Cubber.

Et copie à Monseigneur Luc Terlinden, Monsieur Bruno Spriet, secrétaire général de la Conférence épiscopale, Monseigneur Herman Cosijns, secrétaire général adjoint de la Conférence épiscopale, Monsieur l’abbé Alphonse Borras, Madame Claire Jonard.



Créé il y a près de 30 ans, le réseau PAVÉS – Pour un Autre Visage d’Église et de Société – relie des groupes de catholiques réformateurs en Belgique francophone, tous engagés pour plus de liberté, d’ouverture et de justice dans l’Église et dans la Société. Nous ne sommes certes plus très nombreux à faire vivre ce réseau, mais nous représentons quand même plusieurs groupes de réflexion et une petite vingtaine de communautés de base en Wallonie et à Bruxelles. Notre bulletin trimestriel semble très apprécié par son millier de lecteurs, abonnés à ses formules papier ou numérique. Ajoutons aussi que nous entretenons un contact étroit avec d’autres réseaux plus larges, en particulier le réseau européen Church on the Move et le réseau international We Are Church.

Les dernières semaines depuis la première session du Synode ont été mises à profit par certains d’entre nous pour étudier le Rapport de synthèse, pour s’informer au mieux des thématiques proposées et pour partager leurs réflexions et propositions.

À la suite de notre enquête d’il y a deux ans et de l’envoi de ses résultats[1] au secrétariat national du Synode, nous tenons à vous partager nos réflexions actuelles en préparation de la deuxième session où vous nous représenterez. Voici les priorités sur lesquelles nous voudrions attirer votre attention : ce sont celles auxquelles nous tenons le plus parce qu’elles touchent directement à nos convictions et à notre vécu.

1. Dans la foulée des résultats de notre enquête dans les communautés de base, la première priorité consisterait à mettre en place des modèles totalement nouveaux de participation et co-responsabilité, à tous les niveaux de "conseils" tels qu’ils existent déjà ou sont envisagés, mais aussi jusques et y compris dans la célébration des sacrements. L’analyse qui est proposée dans le Rapport de synthèse au chapitre 3 concernant les conséquences "ministérielles" du baptême nous déçoit beaucoup par son absence de perspective. À propos des célébrations locales, rappelons que notre ami Paul Tihon suggérait, il y a près de 20 ans déjà, que même la présidence de l’eucharistie pourrait être assumée par une autre personne que le prêtre, par exemple par le biais d’une "délégation pastorale à durée déterminée", voire à l’occasion d’une "prise de responsabilité charismatique".[2] Il s’ensuivrait évidemment une plus grande liberté et un fonctionnement plus participatif des communautés locales. Et le caractère "ordonné" du prêtre pourrait prendre une dimension "ecclésiale" plus spécifique, dégagé de son aspect gestionnaire ou présidentiel, et davantage voué à assurer le lien avec les autres communautés et l’Église universelle.[3]

2. La deuxième priorité est évidemment une égalité totale et absolue entre hommes et femmes. Il nous paraît évident que notre Église et nos communautés ont tout à gagner en manifestant une expérience plus équilibrée de la foi et de la mission et en portant plus d’attention à ses dimensions féminines et masculines. L’arrivée des femmes théologiennes et biblistes a déjà beaucoup enrichi notre compréhension du message chrétien. Les conséquences de leur implication totale pourraient être de taille, dans tous les domaines et dans "la manière d’être et d’agir", mais aussi, comme la plupart des commentateurs l’ont souligné, concernant les différents abus de pouvoir des clercs. De plus, il n’y a vraiment aucune raison "théologique" sérieuse pour différer cette égalité totale. Le chapitre 9 du Rapport de synthèse consacré à ce sujet n’est absolument pas crédible en affirmant qu’on aurait encore besoin d’études approfondies pour pouvoir avancer… Quand on lit les très nombreuses publications récentes de femmes théologiennes sur ce sujet, ne serait-ce qu’en langue française, on serait presque en droit de s’interroger sur le sérieux des réserves exprimées.[4]

3. Notre troisième priorité consisterait à reconnaître enfin que la diversité des cultures demande des réponses différentes, mais que cela vaut aussi pour les tensions de plus en plus exacerbées entre "traditionnalistes" et "réformistes". Telles qu’elles existent sur le terrain et dans les discours, les différences sont parfois tellement fortes que les commentateurs récents n’ont pas hésité à utiliser le terme très inquiétant de "risque d’implosion" pour dire la situation. On l’a clairement vu lors de la première session, où les membres africains du synode semblaient bloquer les discussions dès qu’on abordait la place des femmes ou l’accueil des LGBT. Et la chose est devenue très claire et très médiatique avec le refus des mêmes évêques d’accepter l’autorisation de bénédiction pour des couples homosexuels proposée par Fiducia supplicans. Nous espérons donc que la souplesse affichée par le pape François et le cardinal Fernandez en cette circonstance d’accorder une "exception africaine" ne sera qu’un bon premier pas dans le sens d’une "subsidiarité" plus habituelle et plus nécessaire que jamais. Nous avions apprécié que plusieurs § du Rapport de synthèse abordaient la question d’une nécessaire "décentralisation" (5b et 5m), celle de l’importance du "local" (l’évêque et ses conseils : 12), et la suggestion de "conciles particuliers" harmonisant "conférences épiscopales" et "assemblées continentales" (19h) … Il nous parait urgent de viser à un rééquilibrage entre unité et universalité de l’Église d’une part, diversité, différences et respect des initiatives locales d’autre part. Et cela même si le risque d’une Église un peu plus "patchwork" en rebute certains et même si le projet est difficile à mettre en œuvre, comme nous le montrent depuis au moins 25 ans les difficultés de la Communion anglicane ou, au plan politique, le fonctionnement récent de l’Union Européenne.[5] 

Nous vous remercions déjà de l’attention que vous porterez à notre demande et sommes évidemment disposés à poursuivre cet échange si vous le désirez. Nous serons de tout cœur avec vous pendant votre session synodale, nous vous souhaitons une expérience riche et bienfaisante, et nous espérons bien sûr que vos choix éclairés et vos décisions seront porteurs d’avenir. 

Le 3 mars 2024

Joseph Pirson, pour le Conseil de PAVÉS

Pierre Collet, pour le Conseil de Hors-les-Murs

Sylvie Kempgens, pour la Coordination des Communautés de Base Wallonie-Bruxelles 

info@paves-reseau.be


 


Notes :

[1]  https://sites.google.com/view/ccbwalloniebruxelles/processus-synodal



[2]  Paul Tihon, Sur l’animation des communautés catholiques. La présidence de l’eucharistie, un débat clos ? in Revue Théologique de Louvain, 2008, 39/4, p. 492-519. En accès libre : Sur l'animation des communautés catholiques. La présidence de l'eucharistie, un débat clos ? - Persée (persee.fr)

[3] Jean-Pol Gallez, La Parole et l’Esprit. Pour une transformation du "système catholique" : https://paves-reseau.be/revue.php?id=2139

[4] Juste pour illustrer le propos : Se réformer ou mourir, par 7 théologiennes, Éd. Salvator 2023, Les femmes au secours de l’Église, de Sylviane Guillaumont, Éd. Jésuites 2023, La part des femmes, de Sylvaine Landrivon, Ed. de l’Atelier 2023, etc.

[5] Nous nous retrouvons totalement dans les réflexions de Jacques Neirynck qui montre bien que l’uniformité peut être nuisible pour l’unité : https://baptises.fr/actualites/luniformite-nuit-lunite






retourner dans l'article


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux