Actualités

Les rebonds de la pandémie ne laissent personne en repos et obligent les autorités à des décisions qui prêtent de plus en plus à discussion, au point même que la tension sociale est à son comble : il y a longtemps qu’on n’avait plus vu se heurter aussi violemment les exigences du « bien commun » et la défense des « libertés individuelles », ni se manifester de tels clivages en y mêlant des revendications sectorielles qui, d’un avis général, sembleraient parfaitement justifiées. Renvoyons à la belle analyse proposée par Joseph Dewez sur « La liberté au temps de la covid-19 » ainsi qu’au compte rendu par notre ami Jo Pirson de la session d’Ottrott sur « Démocratie et citoyenneté ». C’est aussi cette situation difficile qui a inspiré Philippe Liesse pour son éditorial dans notre dernier bulletin. L'interprétation de la "démocratie" est à l'ordre du jour : Marcel Gauchet en parlait récemment : "peut-elle s'enrichir de nos confrontations ?"

Les médias font peut-être ce qu’ils peuvent, en particulier avec la petite émission QR (L’Actu et Le Débat), mais comment éviter d’entretenir ce climat d’incompréhension et même de « mini-guerre civile » au vu de la violence des récentes manifestations bruxelloises ?

Certains politiques, et même certains « scientifiques » n’hésitent pas à jouer les pyromanes, certains par opportunisme, d’autres par désir de vérité et de clarté : la situation devient tellement confuse qu’on se rend bien compte qu’il faut prendre quelques distances : on se met à rêver à quelque image charismatique qui nous tomberait « d’ailleurs » pour proposer une clé d’harmonie, de réconciliation… Un messie, quoi ! Mais nous savons bien que le Père Noël n’existe pas…

Oserons-nous quand même nous souhaiter un Joyeux Noël dans cette morosité ambiante, au moment où bien des contraintes vont restreindre nos désirs de rencontre et de fête, voire même de solidarité… ?

L’année passée à cette même date, Bernard Ginisty présentait ses vœux en ces termes : « Ce que Noël rappelle et nous aide à vivre, c’est que chaque perte d’une sécurité, d’une protection, d’une façon de penser, peut être la chance d’une nouvelle naissance. Face à notre tendance à nous enclore dans des répétitions sécurisantes, cette espérance nous dit qu’il vaut la peine de naître au lieu de végéter dans nos nostalgies ou nos déceptions. L’engagement dans le vivre-ensemble, malgré l’ironie des désabusés, le cynisme des nantis, et le repli de ceux qui désertent les luttes pour la dignité de l’homme, témoigne de ce que Noël n’est pas une vieille, pieuse et émouvante histoire, mais une invitation permanente à renaître. Comme écrivait Maurice Bellet : L’inouï de l’Évangile doit prendre "figure humaine", historique ; mais dès que cette figure se fixe, elle ment ; il n’y a que des commencements. »

Le dernier bulletin trimestriel du CEFOC  nous invite avec insistance à cet engagement : « Pas de retour à l’anormal », bien sûr, mais « Construire une nouvelle normalité ». On y découvre que vu l’importance et l’urgence, la journée qu’il avait consacrée à cela en octobre - vidéos accessibles ! - sera même prolongée le 5 février prochain.

Le Rapport de la CIASE dit aussi « Rapport Sauvé » - accessible en ligne - a été abondamment commenté depuis sa sortie en octobre dernier. Nous renvoyons à certains d’entre eux (de Danielle Hervieu-Léger, Véronique Margron André Paul ou Jean-Luc Lecat) dans notre dernière Lettre de HLM. Merci à nos voisins français pour ces réveils bienvenus…

Quant au « processus synodal » initié au même moment, qu’en penser ? Dominique Collin nous interpelle et nous invite à sa manière : "Marcher ensemble" : la synodalité ? : quésaco ? Nous aimerions inviter les intéressés à faire connaître leurs attentes, les communautés de base vont sans doute s’y lancer aussi : voyez déjà quatre opinions présentées dans notre dernier bulletin. Si vous vous sentez concernés, suivez en direct le rendez-vous de la Conférence des Baptisés ce samedi 11 décembre dès 15h.


P.C., mercredi 08 decembre 2021

Du côté de p.a.v.é.s.?

Voici le texte du mois, "Les roses de Noël" par François Cassingena-Trévedy.

Vous trouverez dans l'agenda notre prochaine activité, Pas de retour à l'anormal [CeFoC, à Wépion] ainsi que d’autres activités que nous avons notées à votre intention.

Vous pouvez aussi consulter une sélection de nos publications, voici les plus récentes.
Un outil de recherche est aussi à votre disposition.

Qui sommes-nous ?

« Pour un Autre Visage d'Église et de Société » ( p.a.v.é.s. ) est le collectif Wallonie-Bruxelles rassemblant une dizaine de groupes de catholiques progressistes, dont certains sont nés spontanément dans la foulée de « l'événement Gaillot » en mars 1995.

Le réseau p.a.v.é.s. relie des associations qui se sont accordées sur un mode de collaboration.

p.a.v.é.s. désire réfléchir et agir avec d'autres groupes de chrétiens réformateurs en vue d'une mutation sociale et ecclésiale. Il se veut une caisse de résonance des activités orientées dans un sens novateur pour toutes les régions. Il publie régulièrement ses prises de position en lien avec l'actualité.

p.a.v.é.s. s'inscrit à son tour dans un mouvement de chrétiens réformateurs international et œcuménique.

p.a.v.é.s. publie une revue trimestrielle de 60 pages qui remplace dorénavant les bulletins Hors-les-Murs et Communautés en Marche.

Les efforts se coordonnent autour de l'objectif de p.a.v.é.s. Les associations organisent des activités et publient.
Voici des sites dont nous nous sentons proches.


webdesign bien à vous / © pavés. tous droits réservés / contact : info@paves-reseau.be

Chrétiens en Route, Communautés de base, Démocratie dans l'Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs HLM, Mouvement Chrétien pour la Paix MCP, Pavés Hainaut Occidental, Sonalux